Connexion Inscrivez-vous gratuitement

Thierry Henry: Je reviendrai sur les réseaux sociaux quand ce sera sûr

Thierry Henry: Je reviendrai sur les réseaux sociaux quand ce sera sûr

Thierry Henry a déclaré qu'il retournerait sur les réseaux sociaux "quand ils seront en sécurité" et déjà "non utilisés comme arme de haine". L'ancien attaquant d'Arsenal et de Barcelone a supprimé tous ses profils samedi, décrivant les niveaux actuels de racisme et de menaces sur les plateformes en ligne comme "trop ​​toxiques pour être ignorés". Les actions du Français de 43 ans, annoncées dans un communiqué vendredi, interviennent lors d'une série de messages haineux destinés aux footballeurs, dont lui.

"Cela m'est arrivé récemment en dehors des réseaux sociaux, cela s'est produit sur les réseaux sociaux. Mais récemment, cela arrive trop souvent - les joueurs sont offensés. Je ne pense tout simplement pas que les réseaux sociaux sont un endroit sûr pour le moment. Les gens sont insultés pour des motifs raciaux, mais quand vous voyez la déclaration, je parle aussi de menaces, de harcèlement qui peuvent entraîner des problèmes mentaux, des gens se suicident à cause de telles choses. Il est très difficile de les supprimer tous, mais est-ce que cela peut être plus sûr? Nous savons tous que c'est un outil énorme, mais beaucoup de gens l'utilisent comme une arme. Pourquoi? Parce qu'ils peuvent se cacher derrière de faux profils. Je sais qu'une petite partie du monde l'utilise comme une arme. "Serait-ce plus sûr?" Je me demande toujours . Je reviendrai sur les réseaux sociaux quand ce sera sûr », a-t-il déclaré à Good Morning Britain.

Henri, qui a quitté son poste à l'Impact de Montréal le mois dernier, comptait 2.3 millions de followers sur Twitter et 2.7 millions de followers sur Instagram. Instagram, qui appartient à Facebook, a pris des mesures contre 6.6 millions de messages haineux entre octobre et décembre de l'année dernière. Il est resté mécontent de la réaction des entreprises de médias sociaux et a comparé l'attitude envers les publications offensantes à celles qui enfreignent la loi sur le droit d'auteur, tout en appelant à une réglementation et à une responsabilité plus sérieuses. Ses hypothèses sur l'interdiction des comptes anonymes incluaient l'exigence d'un numéro d'assurance nationale ou d'un passeport pour se connecter aux comptes. "Je suis juste fatigué de ce que j'ai entendu en réponse depuis le début."

"Les réseaux sociaux disent toujours:" Nous enquêtons, nous essayons de résoudre le problème ", mais le verre a débordé parce que j'ai trouvé que si vous voulez mettre en ligne une vidéo sur les réseaux sociaux, ils vont la bloquer, vous ne pouvez même pas l'envoyer. " Nous savons tous pourquoi - à cause du droit d'auteur, parce que l'argent est impliqué, donc c'est différent. Maintenant pour cela, ils peuvent créer des algorithmes pour vous empêcher de le faire. Ils vous arrêteront là, ils agiront sérieusement. Je sais que les gens me diront «liberté d'expression» et «un mot peut être utilisé de différentes manières». Mais écoutez, vous ne pouvez pas aller au cinéma et crier ce que vous voulez, vous ne pouvez pas crier ce que vous voulez dans la rue, vous ne pouvez pas crier ce que vous voulez à l'aéroport. Vous ne pouvez pas traverser la frontière. Tout ce que je veux, c'est la responsabilité. Nous devons comprendre quelles personnes sont derrière ces actions », a conclu Henri. / BGNES

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter avant de pouvoir faire un commentaire